S’inscrire au quart d’heure management gratuit :

De la délicatesse...

Nous le savons tous, il suffit parfois d'un mot, d'un regard, d'un geste, pour nous bousculer. Il vient nous habiter et déloge dans le même temps une vision plus agréable ou stimulante que l'on avait de soi-même. Alors nous nous fermons, chacun à notre façon, face à cette intrusion mal venue.

Mais, au quotidien, il y a la charge de travail, l'urgence, la multiplicité des tâches, la pression des objectifs, la diversité des caractères…et il faudrait en plus « prendre des gants » pour s'adresser les uns aux autres ?

L'expression date de la fin du XVIIIe siècle. Le "gant" symbolise la précaution et la délicatesse. En effet, le fait d'enfiler des gants pour faire quelque chose renvoie à l'idée de protection contre la saleté, les blessures...
« Je suis souvent étonné de voir combien chacun s'aime lui-même plus que tout et pourtant tienne moins compte de son propre jugement sur lui-même que de celui des autres » Marc Aurèle
Appliqué aux relations humaines, prendre des gants signifie ménager notre interlocuteur pour le protéger.

Prendre des gants pour ne pas vexer, ne pas blesser et préserver l'amour-propre de l'autre.

Si l'amour-propre a souvent mauvaise presse, il est pourtant, comme le souligne Voltaire (*)une condition de la vie sociale : « C'est le fondement de tout commerce ; c'est l'éternel lien des hommes. Sans lui, il n'y aurait pas eu un art inventé, ni une société de dix personnes formée ; c'est cet amour-propre que chaque animal a reçu de la nature qui nous avertit de respecter celui des autres ».

Ainsi, nous devrions le traiter avec attention et délicatesse comme un "bien" qui nous unit et nous met « en vie ».
Bien sûr, le manque de délicatesse relève plus souvent de la maladresse ou de la volonté de manifester sa supériorité que de l'intention de nuire.

Mais les effets sont là, indépendants de leurs mobiles. Ce n'est pas seulement "l'intention qui compte ! ».

Alors bien sûr, impossible de tenir le cap de la délicatesse en toutes circonstances (nous sommes humains après tout)...mais sûrement possible d'en distiller quelques "fines touches" dans chaque relation !

En pratique : 3 questions à se poser

1- Ma remarque est-elle légitime ?
Ai-je le droit d'exprimer ma pensée ? Suis-je la bonne personne pour le faire ?
2- Est-elle utile ?
Permet-elle de faire évoluer les choses ? La personne a-t-elle les moyens d'agir en ce sens ?
3- Est-elle bienveillante ?
Respecte-t-elle les intérêts de l'autre ?

Valérie Bergère pour Gymnase du Management

découvrez aussi...

 

Donner du feedback quand ça ne va pas

Dire à un collaborateur que ça ne va pas : un exercice parfois périlleux dont on craint qu'il ne produise l'aggravation du problème, un conflit ou, tout simplement...rien. Une piste à suivre : transformer le reproche en demande !

 

L’agressivité entraîne l’agressivité !

La réaction naturelle à l'attaque ?
La corvée de Tom Sawyer ou comment retourner une situation à son avantage, sans aller au conflit

 

La peur, facteur de différenciation sociale ?

Comprendre l'agressivité pour la canaliser
La peur… facteur de différenciation sociale ? Didier Desor, professeur chercheur à l'université de Nancy étudie cette hypothèse en mettant à contribution des rats plongeurs .

Haut de page