S’inscrire au quart d’heure management gratuit :

Suractivité : la fin d’une illusion ?

Nous nous pensions jusqu'à présent multi-tâches, capables de mener de front moult activités ? Nous espérions de nos collaborateurs, collègues, chefs, même déjà occupés, qu'ils nous répondent sur-le-champ ou qu'ils passent d'un objectif à l'autre sans perdre en qualité de réalisation ? Si oui, alors voici venue la fin de cette douce illusion !

De nombreuses études mettent à mal le mythe d'une suractivité efficace.

On sait par exemple, depuis peu, que nous fonctionnons de façon séquentielle : d'abord une tâche, puis une autre. Les neurologues Étienne Koechlin et Sylvain Charron, du Laboratoire de neurosciences cognitives de l'Inserm (*1) ont montré dans une étude parue en 2010 que si le cerveau mobilise ses deux hémisphères pour mener une seule tâche, il doit en revanche répartir le travail entre ceux-ci lorsqu'une nouvelle tâche apparait (chacun des hémisphères ne traitant qu'une tâche à la fois, jamais les deux en même temps). Il y a alors réallocation des ressources dans l'espace cérébral (non pas double ressource mais ressource « dispachée ») !
De même, le cerveau ne sait poursuivre que deux buts simultanément. Seulement deux. Au-delà, le but supplémentaire échappe à son contrôle.


On sait aussi - depuis un plus longtemps - que démarrer une tâche sans la mener à son terme nous expose à l'effet Zeigarnik !

Du nom de la psychologue qui l'a observé, Bluma Zeigarnik, il désigne la tendance à rester préoccupé par une tâche tant que celle-ci n'est pas terminée. Comme si nous demeurions en alerte face au non-abouti !
Notre cerveau s'attacherait à garder en mémoire l'information incomplète, créant alors un état de tension intérieure qui disparait lorsque la tâche est bouclée.

Ainsi, optimiser notre efficacité - et celle des autres - grâce à une meilleure utilisation du temps passerait par la connaissance et la reconnaissance de notre principal outil de travail...nous-même ! En forcer l'emploi serait contre-productif.

Mais une question subsiste : pourquoi continuons-nous, souvent, de l'ignorer ? Difficulté à accepter ce qui limite notre « puissance » et celles de ceux dont nous attendons des prouesses ?

Pourtant,c'est aussi lorsque l'outil est bien employé qu'il tient pleinement sa fonction.

Valérie Bergère pour Gymnase du Management

(*) http://www.inserm.fr/espace-journalistes/un-but-ca-va-trois-buts-c-est-plus-delicat
« La connaissance est en elle-même puissance.» Francis Bacon

découvrez aussi...

 

Relayer les informations de la direction

Les équipes ont besoin, pour rester mobilisées, de repères, de perspectives. Le manager est alors un relais. Mais qu’a-t-il à relayer et comment ? Se pose en effet pour lui la question de l’information pertinente, utile et celle de son impact sur l’engagement collectif.

 

La critique : miroir des vérités nues ?

La critique, cette mal-aimée
Le Fou du Roi selon Gilles Leccuppre
Un cas d'entreprise

 

Lorsque le lien de cause à effet semble évident...

Entre deux phénomènes concomitants ou successifs, nous cherchons souvent un lien de causalité. Ainsi, quand un collaborateur connaît à la fois des difficultés dans sa vie personnelle et une baisse de qualité dans son travail...

Haut de page