S’inscrire au quart d’heure management gratuit :

Toujours plus ou toujours mieux ?


De ces deux propositions, le « toujours mieux » est celle défendue par le « slow management ». De quoi s'agit-il ? De manager lentement ? Non, là n'est pas le propos. Mais de prendre du temps pour manager vraiment, oui !

Loïck Roche, Directeur de la pédagogie / Ecole de Management de Grenoble (*) prône une forme de management qui donne de son temps, montre que l'entreprise est dirigée, dessine avec les équipes un futur désirable...
Il dresse un parallèle avec la question des risques psycho-sociaux en entreprise et souligne que pointer le stress, agir sur ses effets sont inutiles tant que l'on ignore ce qui le provoque et l'entretient. Il s'agit de considérer la problématique dans son ensemble plutôt que colmater des brèches.
Mais aussi de réinterroger notre conception de la motivation au travail.

Daniel Pink, dans, "la vérité sur ce qui nous motive" remet en cause notre compréhension habituelle : il explique que la motivation passe par la satisfaction de 3 besoins humains essentiels : diriger sa vie, apprendre et créer, s'améliorer sans cesse.
La récompense ne serait pas, loin de là, le moteur principal de l'implication.
Voilà de quoi réjouir les managers qui craignent la démotivation de leurs équipes lorsque les budgets d'augmentation sont si serrés.

En effet, les facteurs de motivation dont il est question ici sont des facteurs sur lesquels ils peuvent agir… en management « slow » !

Concrètement, « manager slow » devient naturel dès lors que le manager, encouragé et soutenu par sa direction, considère que « manager est une priorité ».
Car il saura alors poser sa ligne managériale directrice :
Prendre le temps de s'approprier la stratégie et les objectifs de l'entreprise, de les communiquer clairement à ses équipes, de les expliquer et de les réexpliquer, de connaître chaque collaborateur (ses talents, ses difficultés, ses aspirations, ses inquiétudes…) pour construire avec lui et l'accompagner, de créer des occasions de réelle synergie d'équipe, d'analyser les dysfonctionnements et obstacles, de trouver des solutions innovantes…

Évident ou utopique vous dites-vous ?
Pas toujours évident car le manager peut être happé par d'autres « urgences » qui ont le goût de priorités.
Et peut-être utopique parfois mais alors… si le manager est occupé à autre chose, que manage-t-il ?

Valérie Bergère - Gymnase du Management

(*) Eloge du bien-être au travail, par Dominique Steiler, John Sadowsky, Loïc Roche. Presse Universitaire de Grenoble, 2010




découvrez aussi...

 

Co-définir un objectif de progrès

Un objectif a d'autant plus de chances d'être atteint qu'il procède d'une co-construction, processus par lequel manager et collaborateur définissent une vision commune du résultat attendu. Comment la faire émerger et lui donner corps ?

 

Plus intelligents et productifs ensemble ?

L'entreprise apprenante selon Peter Senge
3 pistes pour favoriser l'apprentissage continu et le travail collaboratif
Une question pour chaque manager

 

Que sait-on des motivations?

L'action de manager consiste en grande partie à faire travailler les autres.
Or les « autres » n'ont pas nécessairement « envie » de travailler. Comme le note le philosophe André Compte-Sponville « 
Cela est compréhensible...

Haut de page