Manager contre vents et marées : porter ses valeurs

Impossible d'échapper à l'avalanche quotidienne de mauvaises nouvelles autour de la crise et de ses fantômes!

Pourtant, chefs d'entreprises, patrons de filiales et départements, managers terrain… vous avez des équipes à faire avancer, des projets à réussir… Dans ce contexte, à quoi raccrocher les énergies et les bonnes volontés?

Peut -être aux valeurs que vous portez, que vous partagez et dont vous êtes les garants.

Ce contenu est désormais accessible à nos membres abonnés.

observez ces deux séquences

Voici deux vidéos, d’une même situation : vidéo et vidéo
Qu’est-ce qui change d’une séquence à l’autre ?


On admet que l’erreur est humaine…mais ailleurs que dans son équipe ! Difficile d’accepter que les choses ne tournent pas comme on le voudrait. Alors comment ne pas se rigidifier inutilement ? Comment rester ouvert au risque de l’erreur pour encourager les initiatives, les audaces ?



On n’est pas obligé de changer !

 
Recall.subscribe (2)

Already.signup (2)

Forgot your password

Back

Signup (2)

Entreprises : abonnez-vous ici

Particuliers : abonnez-vous ici

Changer pour rester en vie dans un environnement qui ne cesse de changer
La théorie de la Reine Rouge
Le phénomène de la coévolution


La solitude du manager : un prix à payer

Des événements parfois dramatiques ont conduit récemment les médias à mettre en lumière la question de la « solitude du manager » dans les entreprises.

découvrez aussi...

 

Co-définir un objectif de progrès

Un objectif a d'autant plus de chances d'être atteint qu'il procède d'une co-construction, processus par lequel manager et collaborateur définissent une vision commune du résultat attendu. Comment la faire émerger et lui donner corps ?

 

L’agressivité entraîne l’agressivité !

La réaction naturelle à l'attaque ?
La corvée de Tom Sawyer ou comment retourner une situation à son avantage, sans aller au conflit

 

Que sait-on des motivations?

L'action de manager consiste en grande partie à faire travailler les autres.
Or les « autres » n'ont pas nécessairement « envie » de travailler. Comme le note le philosophe André Compte-Sponville « 
Cela est compréhensible...